• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

شعبٌ و قدر

17012011

حماة الحمى يا حماة الحمى
هلموا هلموا لمجد الزمــن
لقد صرخت في عروقنا الدما
نموت نموت و يحيا الوطن
***
إذا الشعب يوما أراد الحياة
فلا بدّ أن يستجيب القدر
ولا بد لليل أن ينجلي
ولا بد للقيد أن ينكســر

Dédicace aux martyres de la liberté …

شعبٌ و قدر

Je ne saurais décrire la liesse et enthousiasme d’un tunisien, ami de mes amis, ce vendredi 13 janvier à midi, nous parlant de la situation en Tunisie. Des tunisiens, jusque là enchaînés par les mécanismes tentaculaires de domination d’un despote en chef, vingt ans durant, soit deux générations. Deux générations qui n’ont connu d’autre climat que celui de l’oppression et l’omerta comme loi publique. Des tunisiens depuis quelques jours déchaînés, dans toute تونس الخضرة. La verdure nettement pas très visible vue par le Despote. Pour lui ce fut تونس الكحلة comme a dit الراس لكبيرة et البركة de l’Afrique, qui ne cesse d’incarner le بحر العلوم autoproclamé que ce soit en ONU ou ailleurs. ديما مضحك علينا دنيا. Il a au moins le mérite d’animer les réunions semble-t-il. Moreover, on n’hésite plus à lui rire de face depuis quelques temps. Fort croyant à la pédagogie, il pense convaincre softly ainsi. Pourquoi pas si dans son pays et plus tard ailleurs, il s’est toujours permis les propos les plus ‘intelligents’ qui soient. Il leur a même écrit un livre qui contient toute la sagesse du monde. الكتاب الأخضر. Admirez la coïncidence. Juste تشابه ألوان rassurez vous. Pas étrange alors s’il se permet les futvas ديال دنيا و دين. Ils ont beau s’indigner, ses pétrodollars et تسنطيح sont là pour les consoler et les raisonner. Pas étrange non plus s’il impose son style et ses couleurs أراك من بعيد à ses hôtes et invités. Ses couleurs et même goût artistique. Dans une visite officielle, sa dream-team musicale a tout particulièrement excellé dans notre hymne national. مسكين notre hymne national. ومنين لعابا ديالنا تيغنيوه بلمسكة اش بقى. A l’inauguration d’un terrain منين المغنية (quoique je l’aime bien cette chanteuse) تتجتهد فيه اش خلاو. Revenons à nos amis et frères tunisiens qui ont descendu aux rues solidaires avec une victime de l’auto-daphné certainement le plus mémorable de l’histoire, puis indignés par les conditions de vie précaires, finalement clamant la tête du Dictateur. Ce dernier justement qui n’a rien compris ou voulu comprendre. Il tirait et ils s’acharnaient. ‘J’ai perdu un fils, m’en reste trois à offrir à ma patrie‘. Voilà ce qui résume tout. Certainement lisait-il à ses rapports à l’envers. راني فهمتكوم dit-il, le ‘je vous ai compris’ de CDG. En tous cas, lorsqu’il a compris c’était trop tard. Plus caricatural que ses discours mea-culpa il n’y a pas. كسكسو ولا محمصة. Une autre cause se profile : sa femme effect. و تلك قصةٌ أخرى. L’histoire se répète dit-on. La Tunisie a ainsi eu droit à sa Marie Bernadette. Certainement plus pragmatique quand même. Pas de petits pains mais autant de témérité et effet néfaste sur son بعل (très romantique comme appellation). La régente de Carthage, à l’ambition affichée a rapidement gravi les échelons de délégation tacite de pouvoir de son mari. Dans l’ombre elle régnait et faisait régner la pression qui engendra l’explosion finale. Cherchez la femme. Napoléon mesure bien ses propos. La meilleure ? 1.5 T d’or et un avion vers l’EAU مطلعش مطلعش. Entre temps son Despote chéri va يخيط فلبلدان. Pour symboliser la solidarité conjugale on ne saurait trouver mieux.
Entre temps les tunisiens livrent leur derniers martyrs, cette fois tombés par les mécontents de l’ancien régime. La liberté a un prix. Ils le paient volontiers. Les vidéos affluent. Des tunisiens qui assurent leur propre sécurité et font régner l’ordre conjointement avec l’armée. Cette même armée qui, un jour s’interposait entre les manifestants et les assassins du régime. Des exemples de la haute conscience collective nationale s’arboraient. Des exemples aussi de solidarité très longtemps portée disparue de la nation arabe. Les peuples n’ont manqué d’afficher leur soutien inconditionnel, chacun avec ses moyens de bord.

Un petit pays (que par sa taille) est devenu aujourd’hui l’icône de l’espoir arabe. Depuis des années présenté comme un exemple de miracle économique (dixit M. Chiraque), aujourd’hui il est désigné comme بلاد الرجال. Logique venant des fils de بلاد الفاتحين comme disait l’ami de mes amis.

Une proie si alléchante ne pouvait toutefois ne pas attirer des charniers. Le Despote trouve refuge au RAS. Le no 3 du système nomme le no 2 à la tête du gouvernement transitoire, lui-même à la tête du pouvoir transitoire. Deux mois c’est plus que suffisant pour faire échouer une gestation. On ramène quelques anciens opposants, écarte d’autres mais conserve les ministères de souveraineté. Le no 2 consulterait même le Despote. Ce dernier fait العمرة sereinement. الله يتقبل. Moins de tunisiens dans les rues. Moins de pression alors. Peu semble voir ce qui peut-être se mijoter. Plus courte que la mémoire d’un peuple tu ne trouveras. Espérons avoir tort. Les jours à venir le diront.

Ce fut l’histoire d’un peuple qui a aspiré à vivre, le destin s’est alors dû de répondre et les ténèbres de se dissiper …(Hymne حماة الحمى).

C’est tout le bien que nous leur souhaitons.







Christophe Bloggeur amateur |
Actu gamer |
Culture Choc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Benin News
| akdv
| Maroua Infos REN